Une partie de 3card2
Accueil Poker Casino Loto Paris Jouer

Un exemple de partie de 3card2


    Pour vous aider à comprendre le déroulement d'une partie de 3card2, voici un petit exemple.


     Pierre, Paul et Jacques sont trois amis qui décident de jouer au 3card2. Pour cela ils ont besoin d'un jeu de 52 cartes, des jetons et d'une table.


     Nos 3 amis décident que la mise sera au minimum d'un jeton et la mise maximale de 10 jetons.


     Il reste à déterminer qui sera le premier donneur. Chacun tire une carte dans le paquet de 52 cartes. Pierre tire un As de pique, Paul un 2 de coeur et Jacques une dame de carreau. C'est donc Pierre qui a la carte la plus haute et qui distribuera les cartes. Paul est assis à la gauche de Pierre et Jacques à la droite de Pierre.


La distribution des cartes


   Avant que Pierre distribue les cartes, chacun place une mise minimale soit 1 jeton. Le pot est donc constitué de 3 jetons. Pierre peut maintenant distribuer les cartes, face cachée et une par une, dans le sens des aiguilles d'une montre. Il donne donc une carte à Paul puis une carte à Jacques et enfin une carte à lui-même, une seconde carte à Paul puis Jacques puis lui-même et pour terminer la distribution des cartes une troisième carte à Paul puis Jacques puis Pierre.

   Chaque joueur a maintenant 3 cartes propres cachées aux yeux des autres joueurs. Paul a un 2 de pique, un 5 de carreau et un 9 de coeur. Jacques a un brelan d'as (3 As). Pierre a un As de coeur, un roi de coeur et un 7 de pique.

   Le tour de mise commence. C'est à Paul de parler puisqu'il est immédiatement à droite du donneur (Pierre).

     Paul qui a de très mauvaise carte décide de "check", il ne mise donc pas mais reste dans la partie car pour le moment ni Pierre, ni Jacques n'ont misé.

   C'est à Jacques de parler, il a un très bon jeu, un brelan d'as qui est une combinaison imbattable sur 3 cartes, il décide de miser au maximum et relance "raise" pour 10 jetons.

   C'est maintenant au tour de Pierre de faire un choix. Il ne peut pas "check" car Jacques a misé. Il n'a actuellement aucune combinaison, juste un As comme carte haute. Cependant s'il reste dans la partie, il pourra se débarrasser de sa mauvaise carte, le 7 de pique, pendant le tour "choose" et touchera ainsi une nouvelle carte. Puis pour compléter sa combinaison, le tour "think" lui fournira deux dernières cartes communes. Avec un peu de chance, il peut espérer une couleur à coeur ou une suite. Il décide donc de prendre un risque et de suivre la relance de Jacques, il suit "call" pour 10 jetons.

   Le tour n'est cependant pas fini car Paul doit à nouveau parler. Il ne peut plus "check" car les autres joueurs ont misé. Pour rester dans la partie, il doit égaliser la mise de Jacques. Mais Paul a 3 mauvaises cartes et décide donc d'abandonner, il "fold". Il ne reste donc plus que Pierre et Jacques.

Le choix des cartes


   On commence maintenant le deuxième tour "choose" du 3card2.

   Paul ayant abandonné, c'est maintenant à Jacques de parler en premier. Il a un brelan d'as et ne change donc aucune carte de son jeu.

   Pierre décide de rejeter son 7 de pique et se distribue une carte à la place. Il a maintenant une dame de coeur à la place du 7 de pique, avec les 2 cartes du tour "think" il peut espérer une couleur ou une suite.

Dernier tour


   Pierre commence le dernier tour "think" du 3card2 en distribuant 2 cartes, face visible, au centre de la table de jeu. Ces deux cartes sont un 10 de pique et un valet de carreau.

   Ces deux dernières cartes communes aux joueurs ne changent pas la combinaison de Jacques, il a toujours un brelan d'As, c'est une combinaison forte mais qui peut être battu par une combinaison de 5 cartes, une suite par exemple. Comme les 2 cartes visibles se suivent, il n'est pas impossible que Pierre ait une suite. Prudent, Jacques décide de placer une petite mise, il relance "raise" pour 2 jetons.

   C'est à Pierre de parler, il ne peut pas "check" puisque Jacques a misé. Jacques a probablement un bon jeu mais Pierre a maintenant une suite. Aucun joueur ne peut avoir de couleur car les 2 cartes visibles ne sont pas de la même couleur. Il est également peu probable que Jacques est un full ou un carré car les deux cartes visibles ne forment pas une paire. Avec sa suite à l'As, Pierre est presque certain d'avoir la meilleure combinaison. Il décide donc de relancer la mise de Jacques de 10 jetons.

   Pour rester dans la partie, Jacques doit égaler la mise de Pierre, soit 8 jetons (les 10 jetons de Jacques moins les 2 jetons que Pierre a déjà misés). Même si Jacques sait qu'il peut être battu, il a une combinaison suffisamment forte pour prendre le risque de suivre. Il mise donc 8 jetons.

   La partie est maintenant terminée, il faut déterminer qui a gagné Pierre ou Jacques. Les joueurs montrent leurs 3 cartes, on abat le jeu et met les cartes sur la table. La suite de Pierre est plus forte que le brelan de Jacques, c'est donc Pierre qui gagne la partie et emporte le pot.

   On notera que Jacques n'a pas eu de chance, il a perdu alors qu'il avait un bon jeu et qu'il avait bien joué. Il a subi un "bad beat", un mauvais coup. Au poker, le suspens est entier et on n'est jamais sûr de gagner, cela fait parti du charme et de l'aspect "dramatique" du poker.

   Une nouvelle partie commence, c'est maintenant à Paul de distribuer les cartes en commençant par Jacques.